Bienveillance et Performance, est ce miscible ?

Les attentes qui pèsent aujourd’hui sur les épaules des managers, par la poussée des GENY, la demande de bien-être des salariés et la nécessité d’atteindre les objectifs fixés, sont un réel défi pour eux et un enjeu pour les organisations.

Le manager doit faire preuve d’agilité et savoir intelligemment jongler entre « bienveillance » et « efficience », « bienveillance » et « exigence », « bienveillance et performance ».

Ajuster sa posture, voire la trouver pour certains, dans un monde devenu V.U.C.A. (« Volatil, Unstable, Complex and Ambigous ») est un réel défi, autant pour l’employabilité des « managers responsables « de demain que pour la pérennité de nos entreprises.

Pour une majorité de managers qui ont été bercés par une approche de management à tendance plutôt coercitive, souvent expéditive, dans un style directif « top down », peu à l’écoute, dans une position de « sachant », c’est une réelle remise en question de leurs postures…

Car, comment être à la fois et bienveillant, accepter le droit à l’erreur, déléguer, faire confiance à ses co équipiers, accepter une approche collective et une gouvernance de codécisions, accepter des confrontations d’idées et être efficient, c’est à dire piloter, contrôler et recadrer si besoin, anticiper, optimiser, demander de la productivité, de l’efficience, et ne pas perdre le sens du résultat. Car sans résultats, l’entreprise n’existe pas.

Un réel dilemme

Peut on déployer un style de management qui fasse la jonction de la bienveillance et de la performance ? Peut on déployer un management par les valeurs, par la bienveillance et par les objectifs ? Ces mots sont ils compatibles ? Sont ils miscibles ?

La réponse est « oui ». Ce « oui » rapide pré suppose un investissement de « travail sur soi » pour les managers et les dirigeants d’aujourd’hui, pré suppose qu’on apprécie les bénéfices de se mettre en action, pré suppose que le sens, l’intention, le pourquoi je le fais soit sincère et authentique.

Concilier les besoins des salariés avec ceux du chef d’entreprise a toujours été un enjeu, autant dans son expression que dans l’opérationnel.

L’approche managériale et sa responsabilité doivent être profondément revisitées (Souvent par le concours d’un coaching personnalisé) vers un management « alternatif » pour faire du manager un manager « augmenté » et « responsable », qui aura accompli un réel travail sur son égo, sur sa dimension spirituelle – sur le sens-, sur son intelligence relationnelle, émotionnelle et collective.

Laisser de l’espace à ses co-équipiers, c’est faire éclore dans son équipe une approche managériale « disruptive « de bien-être et d’efficience, de responsabilité et d’autonomie, de singularité et de collectif, d’avoir et d’être, de sens et de résultat. Et de pérennité.

Alain MANOUKIAN
Dirigeant de Croissance Coaching et Président d'Honneur de Moovone.fr

Être un Manager responsable

Liant pratique et théorie, l’ouvrage d’Alain Manoukian, « Être un manager responsable », donne aux managers d’aujourd’hui et de demain les outils fondamentaux pour réussir dans un management à visage humain.

Il s’adresse aux managers qui prennent leur fonction, aux managers de managers, aux étudiants d’écoles de commerce et d’ingénieurs, aux formateurs et aussi aux coachs.

En savoir +

Commandez en ligne
Alain MANOUKIAN

Newsletters et études de cas de votre coach